Vous voulez savoir comment avoir plus de visibilité sur le web avec vos vidéos ?

Comment attirer plus de clients ?

Comment inciter les internautes à liker, commenter ou partager vos vidéos ?

Bref, vous voulez une audience engagée.

obtenir une audience engagée youtube vidéo

J’ai interrogé 8 influenceurs du web et je leur ai demandé comment faire pour obtenir plus d’engagements avec les contenus vidéos. Voici leurs conseils.

Qu’est-ce que l’engagement ?

Aujourd’hui, tout le monde ou presque fait des vidéos. Vous en faites. Vos concurrents aussi. Il est indéniablement plus facile de produire un film aujourd’hui avec très peu de moyens. La difficulté est ailleurs.

Le véritable défi, c’est d’obtenir une diffusion maximale de son contenu. Le nouveau Saint Graal, c’est de faire une vidéo virale.

Mais ce que vous voulez surtout, c’est toucher votre public cible et l’attirer vers votre site. La réussite d’un contenu vidéo se manifeste par l’engagement qu’il suscite.

Et l’engagement, c’est essentiellement 3 choses :

1/un like ou un pouce levé :

Pourquoi les youtubeurs demandent systématiquement qu’on « like » leurs vidéos ? Parce que les algorithmes des réseaux sociaux (Facebook, Instagram, YouTube, Linkedin…) prennent cet élément en compte pour diffuser une publication.

Lorsque vous publiez une vidéo, Facebook ou LinkedIn va la montrer à une petite partie de vos relations, ceux avec lesquels vous interagissez le plus. S’ils aiment votre contenu et lui donnent des pouces levés, le réseau social va élargir la portée de la publication, la montrer à un peu plus de gens. Si elle recueille à nouveau du soutien (plus de likes), la diffusion est à nouveau accrue. Et c’est ainsi que certaines vidéos finissent par faire le buzz et deviennent virales.

En conclusion, la plus petite interaction, le like, est primordiale.

2/un commentaire :

Le commentaire représente un niveau d’engagement supérieur au like et permet de dialoguer directement avec son public cible.

Le nombre de commentaires est aussi pris en compte par l’algorithme des réseaux sociaux.

3/un partage :

Ce dernier niveau d’engagement est clé pour la visibilité sur le net. Si votre audience cible partage votre vidéo, vous démultipliez considérablement sa portée.

Le partage est proche de la recommandation. C’est la version web du bouche-à-oreille. Et le bouche-à-oreille est le meilleur marketing qui soit. De plus, il est totalement gratuit !

Si votre vidéo recueille des « j’aime », des commentaires et des partages, alors elle peut voyager loin sur l’océan digital, et ramener dans ses filets beaucoup de nouveaux visiteurs, de nouveaux fans et de futurs clients.

Alors, comment susciter plus d’engagements sur ses vidéos ?

Utilisez le formulaire ci-dessous pour récupérer les 21 commandements permettant d’obtenir plus d’engagement sur vos vidéos.

engagement vidéos image
  • Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par VideoTelling afin de pouvoir vous recontacter, répondre à vos questions, vous proposer des offres de services correspondant à vos besoin et vous informer des actualités de VideoTelling le cas échéant.Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées à VideoTelling.Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer de nos fichiers en contactant : contact@videotelling.fr

1/ Stef Lendi de StrategeMarketing.com

stef lendi portrait
Stef est un marketeur aguerri qui a vendu des produits physiques, digitaux en ligne et hors ligne, dans de multiples canaux de distribution (e-commerce, boutique, grande distribution, etc.).

Il a participé au succès de nombreux entrepreneurs et d’entreprises telles que Nestlé, Danone, Nespresso et IBM.

A travers des initiatives comme sa plateforme inédite strategemarketing.com, il inspire, motive et forme de nombreux marketeurs partout dans le monde.

Voici mes trois petits secrets pour créer plus d’engagement sur ses vidéos :

 

Le premier secret est aussi utilisé dans les films populaires

 

Pour générer de l’engagement, il faut émouvoir le public. Plus la vidéo déclenche une réaction émotionnelle, viscérale, spontanée et plus elle va obtenir des commentaires et du partage. D’ailleurs, le mot « émouvoir » vient du latin emovere, dont e — signifie « hors de » et movere veut dire « mouvement ». Une émotion incite donc au mouvement : à agir. Et lorsque les gens sont émus, ils partagent et ils commentent, naturellement. Donc faites rire, faites pleurer, déclenchez de la colère, rendez heureux. Mais ne laissez pas indifférent.

 

Le second secret fonctionne à merveille, mais il doit être dosé avec précaution

 

Avec ce qui va suivre, vous aurez de l’engagement à tous les coups. Mais cela a un coût. En effet, si vous utilisez la polémique dans vos vidéos, vous nourrissez d’emblée les commentaires. Il suffit de trouver un sujet polarisant. De le traiter de manière un peu polémique et d’inviter votre public à continuer le débat dans les commentaires. Votre taux d’engagement va monter en flèche. Mais pour que le coût (à savoir l’impact sur votre réputation) reste acceptable, il faudra doser subtilement la part de polémique.

 

Enfin, le troisième secret renforce les deux autres

 

C’est simple : pensez à l’engagement un peu comme au démarrage d’un feu. Si vous n’alimentez pas la flamme un minimum, celle-ci va s’éteindre. Alors, prenez le temps de répondre aux commentaires. Mettez des pouces en haut sur les commentaires pertinents. Alimentez la conversation. Participez activement à votre propre engagement. Et celui-ci va naturellement augmenter.

 

Stef. — StrategeMarketing.com

2/ Ludovic Salenne de SLN Web

Ludo SALENNE portrait
« J’ai lancé mon premier blog en 2000 avec une Dreamcast. Aujourd’hui, je vous accompagne dans l’acquisition de trafic, la génération de leads et leur conversion en clients.

Je vous transmets également toutes mes astuces pour attirer plus de visiteurs et générer plus de leads sur mon blog LudoSLN.net ! N’hésitez pas à y jeter un œil et à vous inscrire à la newsletter. 🙂 »

Intégrez les sous-titres à vos vidéos :


Beaucoup d’internautes aiment regarder des vidéos sans activer le son de leur smartphone ou de leur ordinateur. Les sous-titres le permettent.

 

Par ailleurs, le son n’est généralement pas activé par défaut sur les réseaux sociaux et les sous-titres incitent à visionner les vidéos.

Parlez de votre cible, pas de vous :

 

La clé pour bien communiquer sur Internet et dans vos vidéos est d’arrêter de vendre pour vous mettre à aider.

 

Si vous souhaitez générer plus d’engagement avec vos vidéos, abordez les problématiques de votre cible, traitez-les avec altruisme et bienveillance. Vos clients sont submergés de contenus, seules les vidéos qui apportent de la valeur ajoutée sortent du lot !

3/ Rudy Viard de Webmarketing-Conseil.com

Rudy Viard portrait

Rudy Viard est le fondateur de Webmarketing Conseil (275 000 visiteurs / mois).

 

« Nous aidons les entreprises prestataires de services (agences, cabinets, consultants, coachs et formateurs) à générer du trafic, des prospects et des clients grâce à Internet. »

À mon sens, il existe 3 axes à travailler pour générer plus d’engagement sur vos vidéos

 

  1. En premier lieu, le sujet et le fond de votre vidéo : une vidéo légère sur des thématiques naturellement virales comme le gaming, le fitness, la cuisine ou la beauté aura toujours plus d’engagement (et de vues) que des vidéos traitant de thématiques d’entreprises comme “Choisir son outil de comptabilité”.

 

Cependant, je préfèrerai toujours 10 commentaires ciblés et de qualité sur des vidéos alignées avec mes objectifs business que 200 commentaires sur une vidéo qui n’a finalement attiré que des adolescents.

 

Une fois cela en tête, les leviers de l’engagement sont connus. Ils utilisent les émotions humaines donc votre capacité à inspirer, motiver, choquer, faire pleurer ou rire, séduire, provoquer le débat…

 

Mais comme le dit Seth Godin : “Devenir viral n’est pas la partie la plus difficile. La partie difficile est de faire que les éléments viraux produisent véritablement une valeur, et pas juste de l’amusement pour vos clients et votre patron.”

 

  1. Le deuxième point essentiel est la forme : Il est possible d’émerger sur YouTube grâce à la quantité de vidéos que vous êtes en capacité de produire.

 

Le nombre, la récurrence et le rythme ont leur importance.

 

Pour autant, au-delà de ce que votre vidéo raconte, un élément clé pour générer de l’engagement tient à la propreté et à la qualité de votre contenu : Son + Image + Montage.

 

L’acte de partager ou de commenter est loin d’être anodin : il s’agit tout autant d’une réaction à votre contenu que d’une façon de se représenter en public.

 

“Aimer” “Commenter” ou “Partager” revient en effet à se définir vis-à-vis d’une communauté (ses amis, sa famille, sa communauté…).

 

Une vidéo mal finie provoquera moins de partages puisqu’elle reviendrait à écorner notre propre image.

 

  1. Le troisième et dernier point concernant le fait de demander : si vous ne demandez pas à votre audience d’agir (et n’expliquez pas clairement comment), une majorité de votre public ne passera pas à l’action quand bien même elle a aimé votre vidéo.

 

Incitez donc au maximum votre audience à aimer votre vidéo et à commenter.

 

Pour ma part, je demande toujours aux personnes qui regardent mes vidéos de répondre à une question ou de partager leur propre expérience en commentaire afin d’initier une discussion.

 

Vous pouvez d’ailleurs retrouver la chaîne YouTube de Webmarketing Conseil sur ce lien.

4/ Danilo Duchesnes

Danilo Duchesnes portrait
« Danilo est consultant en marketing digital et formateur spécialisé dans les publicités Facebook/Instagram. Il aide au quotidien des entrepreneurs, e-commerçants et PME à augmenter leur visibilité et générer plus de ventes grâce à Facebook. Danilo se démarque par sa franchise parfois extrême et son sens de l’humour ! »

Site : daniloduchesnes.com

Facebook : www.facebook.com/daniloduchesnes

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/daniloduchesnes/

Aujourd’hui, la vidéo est (presque) indispensable pour se faire entendre sur Internet.

 

Google est plus concurrentiel qu’il y a 5 ans. En conséquence, cela demande plus de temps et d’effort pour se positionner sur une requête cible.

 

Les réseaux sociaux, aussi, sont tournés vers la vidéo.

 

Pourquoi ?

 

Parce que les utilisateurs aiment regarder des vidéos, plutôt que lire un texte écrit en petit sur un écran de smartphone.

 

En premier lieu, il y a Facebook qui adore que les créateurs publient des vidéos. Nous l’avons vu avec le lancement mondial de Facebook Watch l’été dernier.

 

Si vous n’êtes pas convaincu, une étude de Buzzsumo a montré que sur les 500 publications les plus populaires sur Facebook en 2018, plus de 81 % de ces publications étaient des vidéos !

 

Et n’oublions pas LinkedIn et Instagram, où la part de vidéos publiée est non négligeable !

 

Quel que soit le réseau social où l’on choisit de publier une vidéo, celle-ci ne sera pas « poussée » par les algorithmes si elle ne suscite aucune réaction ou commentaire !

 

C’est cruel, mais c’est comme ça.

 

Les utilisateurs ont toujours raison.

 

Votre vidéo est peut-être géniale, mais si elle ne provoque pas de réactions… Il y a de grandes chances qu’elle ne soit pas vue par grand monde (à moins que vous ayez très grande audience).

 

Alors, comment obtenir plus d’engagements (commentaires et partages) sur vos vidéos ?

 

C’est une question qui peut sembler difficile. Pourtant, quand on y pense, la plupart des vidéos engageantes ont en commun ceci :

 

– Elles racontent une histoire

– Elles provoquent une réaction émotionnelle (rire, joie, colère, peur, etc.)

 

Toutes vos vidéos doivent au moins raconter une histoire. Les histoires font réagir. Elles nous font ressentir des émotions et de la compassion.

 

Vous le savez aussi bien que moi !

 

Bien sûr, je ne vous dis pas de raconter votre vie. Quelques anecdotes suffisent. Seulement, la personne qui regarde votre vidéo doit pouvoir s’y identifier. Pour cela, vous devez connaître votre audience.

 

Quels sont ses objectifs (en rapport avec ce que vous proposez) ?

Quelles sont ses peurs et frustrations ?

 

En répondant à ces 2 questions, vous trouverez forcément une anecdote qui sera impactante pour votre marché cible.

 

Par exemple, si vous vendez un logiciel de tracking pour MacBook (pour le retrouver en cas de vol), vous pourriez raconter une histoire comme quoi on vous a volé votre ordinateur qui était resté dans votre appartement et que vous n’avez jamais retrouvé la personne après ça.

 

Vous pourriez aussi donner des détails sur votre ordinateur (combien coûte-t-il ? Quel modèle ? Quelle couleur ?) pour rendre votre histoire le plus crédible possible.

 

Plus vous êtes précis, au mieux.

 

Nous pouvons tous nous identifier à une telle histoire : on craint tous de se faire voler son ordinateur et c’est certain que de nombreuses personnes ont déjà vécu l’expérience.

 

C’était mon premier conseil pour obtenir de l’engagement sur vos vidéos : raconter des histoires qui provoquent des émotions.

 

Mon deuxième conseil, c’est de demander l’engagement.

 

Oui, vous avez bien lu ! Personne ne vous en voudra si vous demandez aux personnes qui écoutent vos vidéos de vous laisser un pouce bleu ou un commentaire.

 

Cette stratégie fonctionne, mais ce n’est pas la meilleure, parce que tous les créateurs l’utilisent !

 

Une stratégie que je vois de plus en plus (et qui fonctionne), c’est de poser à la fois des questions fermées (oui/non) et des questions ouvertes.

 

Par exemple, admettons que je fasse une vidéo sur les « 7 erreurs de débutant en publicité Facebook (et comment les éviter) ».

 

Tout au long de ma vidéo, je pourrais poser des questions.

 

Juste après mon introduction, je pourrais poser une question de ce type :

 

« Au fait, avant de commencer, j’aimerais savoir qui fait déjà de la publicité Facebook parmi vous ? Répondez oui si vous en faites et non si vous n’en faites pas. Je suis juste curieux de savoir combien d’entre vous ont déjà essayé d’en faire ».

 

À la fin de la vidéo, je pourrais poser une dernière question ouverte, par exemple :

« Si vous êtes déjà de la publicité Facebook, vous pouvez me dire quelle est la plus grosse erreur que vous avez faite depuis que vous avez commencé ? »

 

Un marketeur qui fait ça très bien, c’est Neil Patel.

 

Regardez ces vidéos YouTube.

 

Elles sont très bien scriptées, avec des conseils pertinents, des anecdotes et des questions toutes les 2 minutes !

 

https://www.youtube.com/watch?v=48V15AyyJ4I

 

Neil Patel a bien compris que plus une vidéo obtient des réactions et commentaires sur les réseaux sociaux, plus elle sera recommandée et plus elle sera vue par un plus grand nombre.

 

En tout cas, j’espère que mes conseils vous aideront à obtenir plus d’engagement sur vos vidéos !

5/ Frédéric Canevet de ConseilsMarketing.com

Frederic Canevet portrait

ConseilsMarketing.Com c’est tous les jours les conseils concrets et pratiques pour trouver des prospects et fidéliser ses clients.

Mon blog existe depuis plus de 12 ans, et petit à petit je suis passé du 100 % texte, au multimédia avec la vidéo, les podcasts, les images…

 

Je ne suis pas encore au top par rapport à des Youtubers ou des spécialistes de la vidéo car elle n’est pas ma priorité N°1 (et elle nécessite un effort particulier), mais au fil de l’eau j’ai appris quelques petites astuces pour obtenir des résultats.

Ainsi j’ai quelques vidéos qui font près de 100 000 vues.

 

Mon premier conseil, et le plus important, c’est de produire du contenu en pensant à une cible. On ne fait pas de vidéos sur une thématique, mais bien pour une personne qui a un problème (que l’on va résoudre, dont on va parler…).

 

Par exemple, certaines de mes vidéos les plus vues sont “hors sujet” par rapport à mon coeur de cible (ex: comment fusionner des PDF…), et si elles rapportent des vues, elles ne me rapportent pas de prospects.

 

Une fois que l’on a cela en tête, on va soit produire du contenu qui sera recherché par ses prospects types, soit pour être optimisé pour YouTube (ex : optimisation des titres, mots clés…), soit pour attirer l’intérêt des internautes (ex: titre accrocheur…), soit les deux…

 

En effet, même si YouTube ne fonctionne pas comme le SEO du moteur de recherches de Google, il a des règles similaires… On ne fait pas de vidéo « au petit bonheur la chance », il faut faire des vidéos pour les internautes (créer de l’émotion, faire de la polémique, raconter des histoires… avec son style), mais aussi des vidéos pour plaire à YouTube (optimiser techniquement les mots clés, les miniatures…)

 

Par exemple, écrire pour YouTube et pour les internautes, cela passe par des choix de thématiques qui sont recherchées, et donc choisir des titres qui utilisent ces mots clés) et qui sont recherchées par les internautes.

 

Ce choix de mots clés est fondamental, par exemple le volume de recherches entre “fiche de paie” et “fiche de paye” est totalement différents (voir Google Trends) :

interface google trends

Ainsi mes vidéos les plus vues concernent des sujets « comment faire… », “tuto…” (ex : faire une vidéo explicative – 105 K vues). Elles sont optimisées pour la recherche, elles apportent une vraie aide à ma cible et elles sont ma marque de fabrique (des vidéos longues et détaillées).

 

Au-delà de ça, pour avoir plus de vues il y a également des facteurs techniques :

 

Capter le trafic des vidéos les plus vues sur votre sujet

 

Le but est d’exploiter la fonction de suggestion de vidéos une fois une vidéo lue.

 

Pour tenter de capter le trafic de la vidéo la plus vue sur un sujet, il suffit d’ajouter dans les mots clés de votre vidéo le titre exact de la vidéo la plus lue dans sur cette thématique (il suffit de taper votre mot clé dans YouTube, voir la vidéo qui sort le plus puis de copier le titre exact dans les mots clés de votre propre vidéo).

 

Ainsi, YouTube utilisant entre autres choses sur les mots clés pour afficher la vidéo suivante, vous avez une chance d’apparaître (vous avez encore un plus supplémentaire si vous avez une belle miniature très visuelle).

 

Publier plus de vidéos, faire du volume !

 

Cela paraît évident, mais comment faire ? Il existe plusieurs solutions simples.

 

La première est de faire un screencast de vos meilleurs articles, puis de la publier sur YouTube, Viméo… (mais aussi les sites de podcasts comme Soundcloud, Audioboom…). C’est ce que je fais à chaque sortie de top articles.

 

Ainsi lorsque vous produisez un super article de blog, vous capitalisez sur ce contenu pour le réutiliser sur d’autres canaux.

 

La seconde astuce est de faire un podcast, et de le transformer ensuite en vidéo.

 

En effet, les podcasts sont plus simples à produire (ex. : au bureau, entre deux rendez-vous… avec un simple smartphone et un kit piéton).

 

Ensuite il suffit d’ajouter une image au MP3 pour en faire une vidéo que l’on pourra republier sur YouTube.

 

Pour les podcasts, il existe un logiciel qui permet de transformer un podcast en vidéo https://auphonic.com (version gratuite pour 2 h/mois) et le republier sur YouTube, Facebook, Soundcloud… un vrai gain de temps !

service externe image

Vous pouvez aussi faire des vidéos Lives en acceptant une qualité moindre (ce que j’ai fait pendant plusieurs années) pour ensuite publier ces vidéos sur YouTube.

Cependant, il faut pour cela préparer votre live pour avoir des sujets intéressants et soigner le ton… Mais attention, on n’anime pas un live vidéo de la même manière que l’on tourne une vidéo… Le live repose sur le partage, l’échange, les interactions… (il faut poser des questions, demander aux personnes d’interagir…), alors qu’une vidéo est unidirectionnelle.

 

Si vous faites des web séminaires, il est essentiel de les réexploiter sur YouTube, surtout si vous envoyez ensuite un email pour inciter les inscrits à voir le replay en vidéo.

 

Vous pouvez aussi utiliser les interviews vidéo de personnes ayant une grosse notoriété, afin d’avoir un relais sur leur communauté. Pour cela, vous pouvez profiter d’un salon, d’un événement networking… pour faire vos interviews.

 

Avec la qualité des Smartphones actuels, le matériel pour faire des interviews vidéo tient dans une poche de veste :

adapatateur smartphone noir

Un adptateur pour smartphone (support smartphone pour trépieds photo classiques) à 6 euros

Ajouter un maximum de mots clés pertinents dans votre vidéo

 

Pour cela, il suffit d’utiliser SEMrush (http://bit.ly/osPFsv) ou InfiniteSuggest.com (https://www.infinitesuggest.com/) ou AnswerThePublic.com pour découvrir les bons mots clés liés (à noter : ce travail vous permettra aussi de définir le bon titre pour votre vidéo, par exemple les volumes de recherches entre fiche de paie et fiche de paye sont totalement différents !).

Si vous n’avez pas le temps, vous pouvez ajouter dans les paramètre de votre chaîne l’ajout automatique de mots clés (dans https://www.youtube.com/upload_defaults?ar=2), ce qui vous permet de concentrer sur quelques mots clés qui seront automatiquement ajoutés sur vos vidéos.

interface youtube

Utiliser la fonction de « 1er diffusion » qui permet d’avoir plus de visibilité et de chatter en direct avec ses fans

 

Ne vous attendez pas à un déluge d’interactions si vous le faites à n’importe quelle heure et sans communication.

 

Comme sur Facebook, vous devez mettre en place un vrai dispositif de communication pour voir des personnes qui seront là pour écouter votre vidéo en live.

 

Utiliser les logiciels d’automatisation

 

Pour augmenter le nombre de ses abonnés YouTube, il y a quelques outils assez utiles, par exemple Jarvee (http://jarvee.com/?ap_id=ConseilsMarketing).

 

Jarvee permet de s’abonner aux comptes YouTube des abonnés de chaînes concurrentes, ou faire des choix selon des mots clés.

 

Ce n’est pas d’une efficacité monstre, mais cela permet d’aller chercher au minimum quelques dizaines de fans en plus par mois.

 

Concernant l’engagement et les commentaires, il y a bien entendu les classiques comme ajouter des incitations à s’abonner, à liker, à faire des commentaires… avec des appels à l’action clairs.

 

Fred. – ConseilsMarketing.com

6/ Olivier Lambert, de la Tranchée

portrait Olivier Lambert
« J’aide les gens à construire et conter leur histoire sur Internet, à toucher et inspirer les gens à agir, pour supporter une cause, un individu ou une marque.

Le blogue olivierlambert.com est dédié à tous les rebelles, les entrepreneurs et les artistes qui, comme moi, abritent en eux un enfant qui rêve un jour de dominer le monde. »

Une des métriques importantes pour l’algorithme de YouTube est l’engagement.

  • Combien de temps les gens regardent votre vidéo, quel est le ratio de vues/like et dislikes ?
  • Combien de commentaires recevez-vous ?
  • Quel est le contenu de ces commentaires ?
  • Quel est le pourcentage de gens qui s’abonnent à votre chaîne après avoir écouté votre vidéo ?


Ce sont tous des indicateurs qui vont faire en sorte que YouTube va plus ou moins faire valoir votre vidéo sur leur plateforme.


Avoir de l’engagement est donc essentiel pour développer votre chaîne le plus rapidement possible.


La plupart des gens font l’erreur de créer leur vidéo pour ensuite *espérer* avoir de l’engagement. Si c’est ton approche, alors sers-toi un shooter de tabasco, c’est tout ce que tu mérites.


L’engagement est quelque chose qui prend naissance au tout début du processus de création. Le sujet et l’angle DOIVENT faire réagir… inciter les gens à poser des questions, s’objecter sur un point ou encore partager à un ami pour gagner un argument.


Sur mon blogue, on peut lire des titres d’articles comme : « Ne sois pas une osti de vampire », « Le mensonge des médias sociaux : comment manipuler les gens » et « L’éthique du dealer de coke (et de l’entrepreneur) ». Et tu n’as rien vu… Attends de voir mes images de couverture !

Donc première étape : un sujet croustillant, un angle original, un titre et un visuel qui pique l’attention.

Une fois qu’on a bien réfléchi au concept de sa vidéo, il ne suffit pas que de s’installer devant la caméra et d’enregistrer. Il reste encore à planifier les différentes actions qu’on va demander à son audience d’effectuer.

Il s’agit habituellement de 4 actions : écouter la vidéo, s’abonner à ta chaîne, laisser un like, laisser un commentaire.

 

  1. Écouter la vidéo :

Ça peut paraître stupide, mais il faut vendre sa vidéo dans sa propre vidéo. Si le titre et l’image de ta vidéo est un clickbait irrésistible, les 15 premières secondes de ta vidéo doivent être la continuation de ce clickbait.

Ali-A, un YouTubeur Fortnite populaire, utilise presque systématiquement cette stratégie. Exemple, dans cette vidéo, les premières 7 secondes représentent un teaser d’un moment fort plus loin dans la vidéo.

Bref, l’intro créée de l’anticipation. Tu dois faire la même chose…

Tu peux ouvrir avec une série de questions, un moment fort, une affirmation-choc…

Peu importe! L’important est que ça donne le goût de rester quelques instants de plus pour découvrir la suite.

 

  1. S’abonner à ta chaîne:

Si tu veux que les gens s’abonnent à ta chaîne, il ne suffit pas que de demander… Il faut également justifier !

Charlie Schneider de la chaîne Emergency Awesome le fait très bien. À chaque fois qu’il demande aux gens de s’abonner, il explique pourquoi c’est important de le faire.

Il va souvent vendre sa prochaine vidéo en disant à quel point elle va être incroyable (et donc qu’il faut s’abonner pour ne pas la manquer) ou il parle d’un concours exclusif à ses abonnés.

On peut également tenter de créer un esprit de communauté, chose que PewDiePie fait très bien à l’aide de sa marchandise 80 mil club (des chandails pour célébrer le fait de faire partie de ses 80 millions d’abonnés). Il dit également à la blague que tous ses auditeurs ont 9 ans et vend des casquettes « Please be patient, I’m only 9 years old ». Avant, il parlait de joindre sa « bro army ».


Bref, faire en sorte que s’abonner représente une affirmation identitaire : « je m’abonne non seulement pour supporter le créateur, mais parce que je m’identifie à ses valeurs. »

 

  1. Laisser un like

Parlant de PewDiePie, je trouve que c’est également un très bon exemple pour parler du point suivant : demander aux gens de laisser un like.

En soit, le like ne veut rien dire. C’est une action banale. Demander aux gens de liker notre vidéo n’offre aucune valeur et peut même être perçu négativement.

C’est pourquoi il faut y attacher une signification additionnelle :« Like si tu… »

Par exemple, Felix (PewDiePie) publie chaque semaine une vidéo de type « You Laugh You Lose » où il lance le défi à ses abonnés d’écouter sa vidéo sans rire. Il demande ensuite de liker pour « accepter » le défi.

À noter qu’il ne se prend pas au sérieux et c’est justement ce qui donne le goût de liker sa vidéo.

Je me souviens d’une vidéo de Potato Jet où il interrompt littéralement sa vidéo pour annoncer qu’elle est sponsorisée par les brocolis. Il a expliqué pendant 15 secondes pourquoi on devrait manger plus de brocoli et a conclu avec l’appel à l’action: « like cette vidéo pour supporter les brocolis ».

C’est complètement hors sujet, mais ça ajoute une touche de personnalité et ça fonctionne !

 

  1. Laisser un commentaire

Les commentaires représentent, avec le temps de lecture, une des métriques les plus importantes sur YouTube. Il faut savoir que la taille et le contenu des commentaires sont analysés par le même algorithme qui scanne les blogues pour le référencement sur Google. La sémantique est donc extrêmement avancée !

Avant même d’enregistrer sa vidéo, c’est donc extrêmement important de prévoir une liste de questions qu’on va poser à son audience. Le plus tôt dans la vidéo, le mieux !

La plupart des gens s’en tiennent à « faites-moi part de vos questions et commentaires ci-dessous » ce qui est un appel à l’action extrêmement faible.

Dès votre intro, posez une question personnelle et spécifique aux gens. Les gens aiment se mettre en vedette et montrer qu’ils sont beaux/bons/intelligents, mais ça leur prend une excuse et un cadre précis.

Par exemple, si je créer une vidéo où je parle de caméras, je pourrais demander aux gens dans l’intro de partager leur modèle de caméra et lentilles ainsi que leur Instagram.

Si je parle d’alimentations en perte de poids, je pourrais dire que je travaille sur une vidéo des meilleures recettes et leur demander de me partager leurs préférés dans les commentaires.

 

Bref, tu vois où je veux en venir.

 

Finalement, c’est important de prendre l’auditeur au dépourvu tout au long de ta vidéo. Mets des pauses dramatiques, change le tempo, dis des choses absurdes (comme demander aux gens de boire un shooter de tabasco).

 

Le plus important : les gens viennent te voir pour une information, mais vont rester et revenir pour ta personnalité.

 

N’aie pas peur du ridicule. Essaie, expérimente, fais des erreurs, sors de ta zone de confort. Arrête d’essayer d’être James Bond, personne ne veut voir une version fake de toi où tu prétends être parfait.

 

Sur ce, j’espère que ces quelques petits conseils t’ont inspiré à passer à l’action et que tu es impatient d’entreprendre ta prochaine vidéo !

 

Si jamais tu veux joindre ma communauté privé d’entrepreneurs et de créateurs, je t’invites à consulter La Tranchée où je réponds à absolument toutes les questions de mes membres. Tu peux également regarder ma chaîne YouTube, mes podcasts ou encore mon livre sur la productivité

7/ Cédric Hoareau de BoulevardDuWeb.com

Cédric Hoareau portrait
Cédric Hoareau se présente comme un indigène (freelance) de la communication numérique et du marketing digital. Il est le fondateur de Boulevard du web.

« Utilisateur (ultra-connecté) ayant une soif insatiable pour la culture web. Médias sociaux, web marketing, blogging, graphisme, web design… je touche à tout du bout des doigts et au clic de ma souris. “Chaque lendemain donne naissance à une innovation.” »

Selon moi, la place de la vidéo dans une stratégie de contenu doit faire sens. Celle-ci doit raconter quelque chose, susciter de l’émotion pour créer du lien avec les spectateurs. Il est important de faire ressortir le plus possible du côté « humain », que cela soit pour un produit, un service et plus largement, la marque en elle même. Oubliez les vidéos lisses, aseptisées et trop promotionnelles !

Le succès d’une vidéo réside dans la forme et le fond ! L’objectif principal est de répondre aux attentes des utilisateurs (leurs interrogations, les avantages, les cas pratiques, etc.) pour le fond. Pour la forme, il faut rester simple, comme faire des phrases courtes, ne pas utiliser de langage trop technique et avoir une intonation de voix claire, fluide et joyeuse.

En général sur les réseaux sociaux, les vidéos sont assez courtes (1 à 3 minutes) car, les utilisateurs consomment du contenu très rapidement et passent à autre chose aussi vite, il faut donc capter leur attention dès le départ ! En proposant des directs, vous êtes directement en contact avec les utilisateurs et vous pouvez leur répondre en temps réel, ce qui est une bonne chose pour l’engagement.

Il est primordial de faire attention à la qualité de la vidéo (avec un bon son et une bonne image) ! Si l’on n’a pas les compétences, il est préférable de se rapprocher de professionnels compétents dans le domaine, que cela soit des agences, des indépendants ou des plates-formes spécialisées (en fonction de vos ressources). Il est également possible de passer par la formation pour intégrer ces compétences en interne.

8/ Valérie Demont du podcast From roots to heaven

Valérie Demont image

Valérie Demont, Impulsions pour un marketing conscient, sensé & agile, greenheart.business

À l’heure de la surcharge de contenus, de la difficulté des internautes à faire le tri et personnaliser leurs différents flux, il est capital pour moi de revoir le fonds et le sens des messages que nous transmettons. La vidéo a l’avantage d’offrir authenticité et proximité.

 

Deux qualités/valeurs sont à la base de toutes relations. La qualité des vidéos doit être en accord avec la mission de l’entreprise, sa vision et ses valeurs donc sa marque et son positionnement. Pour moi, plus il y a d’authenticité, d’inspiration et d’invitation à s’exprimer et agir plus l’engagement sera fort.

 

Et cela passe par l’humain, par une personne qui s’exprime en utilisant les différents types de langages (verbal, non verbal, paraverbal) et y ajoute la juste dose d’énergie.

Bonus : Céline Tilly, consultante en Storytelling

Céline Tilly portrait

Céline Tilly écrit depuis qu’elle est en âge de tenir un stylo.

 

Après des études scientifiques et 15 ans de commerce, elle a décidé de revenir à ses premières amours.

 

Son approche ? Ressentir ce qui vous anime et le retranscrire en mots pour toucher et emmener votre public dans votre univers. Aujourd’hui à son compte en tant que Storyteller/Ghostwriter, elle nous livre ses clés pour une écriture émotionnellement impactante.

 

Nous avons sollicité sa participation car elle obtient des dizaines et des dizaines de commentaires à chacune de ses publications. 

En tant que Consultante en Storytelling et Ghostwriting, je propose des prestations uniquement basées sur les mots. Je crois au pouvoir des mots nus, à leur résonance, à leur portée émotionnelle. Si « une image vaut mille mots », je crois qu’une image créée par des mots vaut de l’or, car chacun s’en fait sa propre représentation. C’est comme lire un livre et regarder un film, après c’est un grand débat… dans lequel j’ai trouvé mon camp !


La bonne nouvelle, c’est que ce qui fonctionne avec les mots marche aussi avec la vidéo. Car si l’on regarde bien, qu’est-ce qu’un scénario, si ce n’est des mots ?


Aussi je vais tenter de répondre à la question : « Comment créer de l’engagement sur une publication ? »


A mon sens, plusieurs facteurs entrent en jeu :

 

  • La capacité à entretenir le lien avec votre communauté. Ce qui signifie d’abord donner. « Savoir donner, peu le savent, c’est le secret du bonheur » comme le dit Anatole France. Intéressez-vous aux autres sincèrement, à leurs publications, réagissez-y, donnez de votre temps, vous verrez que naturellement vos contacts prendront aussi du temps pour vous.
  • La capacité à transmettre votre message avec des mots clairs et inspirés, compréhensibles de tous.
  • La capacité à offrir une expérience à vos lecteurs. L’important c’est ce que votre audience va ressentir et comment elle va pouvoir s’approprier votre contenu. Je préfère largement une publication générant 10 000 vues et 800 commentaires à une autre réalisant 100 000 vues et 80 commentaires. L’interaction prime. Si les participants se prennent au jeu et en redemandent, c’est bon signe.
  • La capacité à créer et animer une ambiance sur votre publication. C’est comme lorsque vous vous rendez à une soirée chez des amis. Vous faites la route, vous sonnez et patientez sur le pas de la porte, probablement muni(e) d’une petite attention pour vos hôtes, encore engoncé(e) dans votre manteau. Imaginez que la porte soit béante, que personne ne vous accueille, que personne ne vienne prendre votre manteau ni vous proposer un rafraîchissement… Reviendriez-vous ? C’est exactement l’idée que je me fais d’une publication : offrir une atmosphère agréable, accueillir les « invités », se montrer disponible, répondre rapidement aux commentaires, donner l’envie aux visiteurs de revenir… C’est finalement beaucoup de bon sens.
  • Enfin, la capacité à laisser une trace émotionnelle dans l’esprit et le cœur de votre public. Pour citer Maya Angelou, « Les gens oublieront ce que vous avez dit, ils oublieront ce que vous avez fait, mais n’oublieront jamais ce que vous leur avez fait ressentir. »

C’est sur ces bons mots que s’achève ce témoignage. Au plaisir de vous croiser sur LinkedIn !

Utilisez le formulaire ci-dessous pour récupérer les 21 commandements permettant d’obtenir plus d’engagement sur vos vidéos.

engagement vidéos image
  • Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par VideoTelling afin de pouvoir vous recontacter, répondre à vos questions, vous proposer des offres de services correspondant à vos besoin et vous informer des actualités de VideoTelling le cas échéant.Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées à VideoTelling.Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer de nos fichiers en contactant : contact@videotelling.fr

4 réflexions au sujet de « Comment obtenir une audience engagée (et un meilleur chiffre d’affaires) avec ses vidéos : les secrets de 8 influenceurs »

    1. mathias

      Merci pour ta contribution très détaillée et tes conseils pratiques et actionnables. A l’image des articles de ton blog. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.