3 principes pédagogiques négligés par les formations e-learning

Voici 3 principes pédagogiques essentiels qui, s’ils sont négligés, rendront votre formation e-learning inopérante. Qu’est-ce qui fait que l’apprenant assimile une information ? Qu’est-ce qui l’empêche d’apprendre un élément de connaissance ?
 
Nous ne parlons pas des principes du multimedia learning de Richard Mayer, ni des principes d’instruction de David Merrill, mais de quelque chose d’encore plus fondamental.
Il se peut que certains concepteurs de modules e-learning prétendent les connaître mais la plupart du temps, ce n’est pas le cas. Même s’ils sont évidents, dans les faits, ils sont souvent violés.

Formation e-learning

 

Dans la même catégorie

 

Eviter absolument le jargon et les mots savants

Ce principe est le plus important : n’utilisez pas de mots compliqués, de jargon ou de termes techniques sauf si c’est vraiment utile et à condition de prendre bien soin de les définir dès qu’ils apparaissent.
Mot simple et éviter le jargon compliquéDes observations scientifiques ont montré que juste après qu’une personne a entendu un mot qu’elle n’a pas compris, elle va avoir une “petite absence mentale”, une sorte de vide, une perte d’attention. Si cela se répète ou s’amplifie, elle va manquer de vie, ne plus être vraiment là, et va au final arrêter d’écouter. Elle ne continuera pas la formation. Plus grave, elle ne sera plus intéressé par le sujet en question à l’avenir. C’est ce qui explique pourquoi certains enfants décrochent de différentes matières, au fur et à mesure de leurs 12 années d’école.
 
Si vous voulez endormir quelqu’un, assommez-le avec des mots savants. Si vous avez du mal à trouver le sommeil, attrapez un livre de Hegel ou de Kant et essayez de le lire. Au contraire, si vous souhaitez des apprenants attentifs, si vous voulez qu’ils apprennent en fait, utilisez des mots simples. Concevoir un module e-learning efficace commence par descendre de l’estrade et parler sans façon. Il existe très souvent des mots simples qui correspondent à des termes de jargon.

Mettre fin au culte de la théorie

Il existe en France un culte de la connaissance théorique, un académisme qui veut que l’on étudie en vue d’un examen. Le poids de la théorie intellectuelle est souvent disproportionné en regard de la représentation physique et concrète du sujet.
 
Le deuxième principe pédagogique consiste donc à rééquilibrer la théorie avec le concret. Si vous faites un module de formation sur le cloud computing, ce n’est peut être pas évident d’aller dans un data center pour montrer matériellement les centaines de serveurs et toute la climatisation nécessaire pour les refroidir… Mais vous pourriez montrer des photos, des vidéos ou des schémas afin que les étudiants se représentent concrètement à quoi cela ressemble dans la vraie vie, la masse physique de l’objet. C’est ce manque de masse qui peut poser problème pour les apprenants.
culte de la théorie vs la pratique
Il existe encore des formations avec des documents textes trop théorique, mais en général, le e-learning a bien pris la mesure de l’impact de l’image fixe ou mieux de la vidéo. Sauf que… Les modules de formation à distance ont encore souvent recours aux talking heads, des personnes qui parlent au lieu de montrer. C’est trop souvent du discours théorique qui ne montre pas concrètement ce dont l’orateur parle, même si quelques petites images égayent parfois le propos.
 
Il est vital d’illustrer, de montrer concrètement de quoi on parle. Ne partez jamais du principe que les apprenants ont déjà vu la chose ou doivent avoir une idée de ce dont il s’agit. Le Dr Wiseman a réalisé une étude intéressante à ce sujet. Il a découvert que, comparé à une vidéo classique (une personne qui parle), le message est mieux mémorisé (+15%) quand il est en vidéo explicative dessinée. Et cela concerne toutes les catégories d’âges.

Avoir une approche graduelle

Utilisez une échelle graduée des difficultés en partant du plus simple au plus complexe. Voilà une évidence. Tout le monde sait ça. Mais là encore, les faits viennent contredire ces affirmations. Les concepteurs de module e-learning négligent ce principe à plusieurs égards.
échelle graduéePremièrement, on a souvent tendance à prendre un point de départ trop compliqué et à sauter plusieurs barreaux de l’échelle dès le début. Si vous faites une formation à distance, commencez par les fondations, la base de la base. Même s’il s’agit d’un « rappel », débutez par un élément théorique simple, une action facile et assurez-vous (à travers des quiz, des exercices, etc.) qu’il ou elle est bien maîtrisé(e) avant d’aller plus loin.
 
Deuxième difficulté, c’est de bien découper chaque élément dans le parcours de formation. Là encore, on peut sans s’en apercevoir, sauter plusieurs marches à la fois, et perdre des apprenants en route. Une approche douce, pas à pas, permettra une assimilation graduelle. Elle peut atteindre des sommets dans la complexité tant qu’on a suffisamment décomposée la chose en amont.
 
L’article le plus lu et le plus plébiscité que nous ayons eu sur LinkedIn était un glossaire sur la transformation digitale, intitulé : parlez-vous digital marketing ? Vous verrez que les meilleurs pédagogues, les professeurs ou les formateurs qui vous ont marqué utilisaient tous ces 3 principes. Ils utilisaient les mêmes mots que vous et moi et n’essayaient pas de jouer au scrabble en même temps qu’ils enseignaient. Ils prenaient le soin d’illustrer leur propos, de vous donner du concret. Ils procédaient avec une échelle graduée de difficulté et n’avaient pas peur de passer du temps sur les bases.

Obtenez une étude gratuite 
Remplissez le formulaire ci-dessous :

Nos livres blancs

Téléchargez notre livre blanc sur la vidéo explicative

livre-blanc whiteboard