Gabriel Pardon AquarellisteL’art est venu à Gabriel Pardon par la bande dessinée, enfant déjà, ce monde de bulles et de successions d’images me faisait rêver… Comme une évidence, dès l’âge de 11 ans, il s’est inscrit dans un atelier d’art, à Poissy. Il a alors réalisé ses premiers portraits et appris à observer de plus en plus finement, associant les premières techniques de dessin.

 

Gabriel, n’ayant pas encore eu l’occasion de nous montrer ses talents sur une vidéo illustrée en tant qu’aquarelliste, voici quelques extraits de son travail.

 

 

Gabriel Pardon Aquarelle

 

Puis, il est rentré aux peintres de l’abbaye en tant que jeune élève, avide d’apprendre et plein de curiosité ; la belle ironie de la vie fait qu’aujourd’hui c’est un lieu où il enseigne le dessin et prend plaisir et intérêt à accompagner des élèves. L’exercice de transmission est un domaine dans lequel il s’est également découvert et qui agrémente son identité d’artiste aujourd’hui.

 

L’enseignement académique aux ateliers préparatoires de l’EPSAA de Paris (École Professionnelle Supérieure d’Arts graphiques et d’Architecture) a constitué pour Gabriel Pardon un déploiement dans la rigueur de la technicité du dessin et l’amorce d’un univers graphique particulier, comme par exemple le cinéma de Murnau qui l’influencera petit à petit…

 

Le sésame obtenu pour l’accès à la fameuse école de Saint-Luc à Bruxelles – section bande dessinée – lui apporta une libération et une affirmation dans l’originalité du travail qu’il peut proposer. L’enseignement y est relativement libre, permettant d’affiner son univers, de le peaufiner… sensibilisé au travail de narration, au monde cinématographique, à la mise en scène des images, il s’est également tourné vers l’anatomie artistique.

 

La création d’images fait appel à un rapport exutoire puisqu’il s’attache à rendre compte d’un univers sombre, sans cesse omnibullé par les effets de la lumière dans les ombres et la manière dont celle-ci se pose sur les choses… Le ton peut alors paraître dramatique ; suggérant, plutôt que montrant, évoquant plutôt qu’imposant.

 

Pour découvrir l’univers très riche de cet illustrateur, n’hésitez pas à aller voir son site web.

 

 

Gabriel Pardon Aquarelle

 

Le sésame obtenu pour l’accès à la fameuse école de Saint-Luc à Bruxelles – section bande dessinée – lui apporta une libération et une affirmation dans l’originalité du travail qu’il peut proposer. L’enseignement y est relativement libre, permettant d’affiner son univers, de le peaufiner… sensibilisé au travail de narration, au monde cinématographique, à la mise en scène des images, il s’est également tourné vers l’anatomie artistique.

 

La création d’images fait appel à un rapport exutoire puisqu’il s’attache à rendre compte d’un univers sombre, sans cesse omnibullé par les effets de la lumière dans les ombres et la manière dont celle-ci se pose sur les choses… Le ton peut alors paraître dramatique ; suggérant, plutôt que montrant, évoquant plutôt qu’imposant.

 

Pour découvrir l’univers très riche de cet illustrateur, n’hésitez pas à aller voir son site web.

 

Gabriel Pardon Aquarelle