Nous sommes à l’aube d’une révolution. Le média qui a envahi la toile et qui en constitue aujourd’hui la majeure partie — la vidéo – est sur le point de se transformer. Et c’est le film interactif de la série Black mirror qui ouvre une fenêtre vers le futur de la communication, du marketing et de la communication interne.

 

film interactif black mirror

Asim Chaudhry, Will Poulter, and Fionn Whitehead dans le film Netflix BLACK MIRROR : BANDERSNATCH

 

Bienvenue dans le monde de la vidéo interactive !

 

Que signifie film interactif ?

 

Avez-vous déjà lu un livre dont vous êtes le héros ? Vous suivez une histoire dans laquelle le héros est confronté à divers choix. Vous décidez pour lui. Une décision vous engage dans une branche de l’histoire particulière. Ainsi, selon les décisions prises, chacun vit un scénario différent.

 

Le film interactif est à la croisée entre le film et le jeu vidéo. Vous êtes à la fois spectateur et acteur.

 

Le film interactif de Black mirror : une nouvelle expérience de visionnage

 

Rien ne sera dévoilé de l’intrigue dans cette partie. Pas de spoiler en vue.

 

Première impression : c’est hyper prenant. D’abord, on est sur le qui-vive. On attend de voir à quel moment notre participation va être sollicitée. Mais il y a aussi une espèce d’ivresse à l’idée de contrôler en partie ce qui se passe à l’écran. Bref, l’intérêt est décuplé.

 

Un film interactif a pour conséquence immédiate de démultiplier l’engagement. Nous sommes arrachés à la passivité et à l’innocence du spectateur. Qui sait où nos choix vont nous mener ? Quelle direction va prendre le film ?

 

Nos décisions ont un impact sur l’histoire. Cela fait que l’histoire a plus d’impact sur nous.

 

Deuxième ressenti : ce n’est pas anodin que Netflix ait décidé de sortir un film interactif en 2018. L’arrivée à maturité de l’usage des réseaux sociaux, du web marketing et de l’emailing, nous a fait entrer dans l’ère de la conversation digitale.

 

Internet a signé la fin du marketing de masse. L’attente du consommateur — devenu consom’acteur — est une approche personnalisée. Il veut être acteur de son parcours (que ce soit un parcours d’achat, d’apprentissage ou de découverte).

 

Le film interactif est la version vidéo de cette phase conversationnelle.

Enfin, le goût du jeu et le plaisir de l’interactivité donnent envie de prolonger l’expérience indéfiniment. L’approche, nouvelle et fraîche, est fascinante. C’est tout un monde de possibilités qui s’ouvre. Une nouvelle manière de communiquer.

 

Bandersnatch, le film interactif qui interroge l’interactivité

 

Spoiler alert : si vous n’avez pas vu le film et que vous voulez ne rien savoir de l’intrigue avant de l’avoir visionné, ne lisez pas ce qui va suivre.

 

On commence par des choix anodins : quelle boîte de céréales choisit le héros pour son petit déjeuner ou quelle musique va-t-il écouter ? C’est quasiment inoffensif. Puis, au fur et à mesure, les choix deviennent plus cruciaux : accepter ou non une offre d’emploi, fumer un joint, continuer à prendre un régulateur d’humeur. Et on se retrouve finalement à devoir décider de la vie ou de la mort d’un personnage !

 

Ce film illustre la portée de l’interactivité. Elle permet au spectateur d’intervenir de manière décisive dans le média.

 

Bandersnatch offre également une réflexion ultra poussée sur l’interaction : le labyrinthe, la fourche, les réalités parallèles, le destin, tout y est. On explore les implications d’un film interactif, avec les différentes branches, les différentes péripéties, et les fins multiples. Le héros est-il fou, est-il manipulé ? Est-il un génie ou au contraire un programmeur raté ? Ou bien, assistons-nous à la coexistence de toutes ses réalités ? Ce sont nos choix qui valident un futur au lieu d’un autre.

 

statistique des émotions de bandersnatch par Brandwatch

extrait de l’article de Brandwatch sur Bandersnatch

 

Avec ce film interactif, on assiste à la fin du statut de pur spectateur : on devient acteur. On a d’ailleurs, plusieurs fois la possibilité de finir l’histoire à un point, ou de continuer.

 

On assiste également la fin du pur divertissement : en quittant sa passivité, l’audience participe au jeu. Elle co-crée l’intrigue et décide d’une direction en fonction de ses envies, de sa curiosité ou de son humeur.

 

Pour créer des concepts nouveaux, il faut un peu de folie.
Colin Ritman

 

Enfin, le film interactif de Netflix offre une vertigineuse mise en abîme. Bandersnatch est un livre sur les réalités multiples. Le héros veut transformer celui-ci en jeu vidéo. Mais il finit par percevoir la présence d’une puissance qui guide ses propres choix et par se voir comme pris dans les interactions. Le jeu d’échos et de miroirs incessants dans le film remet en question la substance même de la réalité, comme l’ont fait avant lui les films de David Lynch (Lost Highway, Mulholland Drive) ou certains films d’animation (Perfect blue par exemple).

 

Il y aurait encore beaucoup à dire, mais notons que cet épisode de la série Black mirror nous permet de dialoguer avec le héros. C’est en ce sens qu’il manifeste l’ère de la conversation digitale. Il rend la frontière entre le spectateur et la fiction plus ténue.

 

Le cinéma interactif : Late shift

 

Pour être honnête, il faut parler du vrai premier film interactif, Late Shift, qui a posé les bases de l’interaction. 7 dénouements possibles, 4 heures de film conçues alors que le spectateur ne verra qu’une heure trente. Late shift est une performance audiovisuelle bluffante. C’est aussi une réflexion puissante sur la notion de choix et sur les conséquences des plus petites décisions.

 

L’avenir du marketing en vidéo

 

La vidéo à l’avenir va être :

 

  • interactive, permettant à l’audience de préciser ses préférences, ses goûts, ses attentes,
  • personnalisée, adaptée à un individu, à partir des données recueillies sur lui,
  • conversationnelle, donnant l’occasion à une marque d’entretenir un dialogue plus approfondi avec chacun de ses clients.
  • La vidéo interactive personnalisée va permettre une approche sur mesure en s’appuyant sur le big data et l’intelligence artificielle.

 

Si elle intègre également de la pédagogie et un bon storytelling, elle atteindra des scores de visionnage et des taux de conversion 2 à 4 fois meilleurs que la vidéo marketing classique.

 

Comment faire une film interactif ?

 

En bonus, on vous dévoile une bonne méthodologie pour se lancer dans la vidéo interactive.

 

Cela commence par une vidéo socle à partir de laquelle plusieurs branches donneront lieu à des parcours différents. Il faut donc produire chaque branche en plus. Pour un film d’une minute trente, on doit concevoir deux minutes trente ou trois minutes de vidéo.

 

Cela demande de bien réfléchir aux objectifs que vous recherchez.

L’effet “waou” obtenu par ceux qui découvrent la puissance de la vidéo interactive peut inciter à créer des interactions “gadgets”.

 

Notre conseil est donc de partir d’un objectif de communication très précis, et surtout visant votre public afin de personnaliser au maximum votre message.

 

C’est tout l’intérêt de la démarche : interroger et proposer des choix afin d’affiner au mieux la vidéo.

 

Inversement, vous pouvez collecter des informations (anonymes ou non et pouvant être soumises au RGPD). Il est crucial de demander seulement ce qui vous sera réellement utile.

 

Une fois cette réflexion de fond bien effectuée, place aux créatifs !

 

Vous avez besoin de créer un vrai scénario, avec des personnages emblématiques, des rebondissements, une chute… bref tout ce qu’un bon storyteller maîtrise, sans parler de la production incluant la panoplie d’artistes, comédiens, illustrateurs, réalisateurs, motion designers, etc.

 

Cela demande :

  • une stratégie interactive (quels choix, quels publics, quelles informations, etc.),
  • la création de scénarios à embranchements,
  • un story-board,
  • l’animation (film, motion design ou animation sur tableau blanc),
  • le montage,
  • l’intégration de la voix off et des effets sonores.

 

La vidéo interactive nécessite également une technologie d’incrustation des données pour donner au spectateur la possibilité de cliquer dans le lecteur vidéo.

 

Mais les possibilités de la vidéo interactive sont énormes. Il reste beaucoup de choses à imaginer dans son utilisation.

 

Je vous invite à regarder cette vidéo « Pour tout comprendre sur le potentiel de la vidéo interactive ». Les 3 entreprises françaises leaders de la technologie de la vidéo interactive et personnalisée se sont associées à VideoTelling pour vous expliquer en détail et avec 6 vidéos interactives… la vidéo interactive et la vidéo personnalisée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.