Appuyer sa communication d’entreprise sur la bande dessinée ne coule pas de source. Et pourtant…

 

N’est-ce pas dans les univers inexplorés, sur les terres inconnues, que la créativité peut pleinement s’exprimer ? Alors que tout un chacun est assailli par une surabondance de sollicitations publicitaires, n’est-on pas en quête de nouveaux médias ?

 

À VideoTelling, on pense que le non-conformisme ne devrait pas se limiter à mettre un autocollant « révolté » sur le pare-choc de sa BMW.

Bande dessinée pour entreprise

Pourquoi utiliser la bande dessinée dans sa communication corporate ? Pour à peu près tout ! La bande dessinée peut donc faire la différence dans son chiffre d’affaires.

Bande dessinée & storytelling

La force du storytelling en bande dessinée, c’est une combinaison de techniques qui n’a pas son pareil pour captiver une audience. Comment faire passer son message.

Bande dessinée en vidéo

La bande dessinée d’entreprise en vidéo propose de faire vivre une bande dessinée en la filmant et en recourant à des voix off pour les dialogues et le texte narratif.

Agence de communication bande dessinée

Parce que l’idée qui a présidé à la naissance de notre agence, c’est d’aller là où les autres agences ne vont pas. Nous avons + de 250 artistes à votre disposition.

Hors des sentiers battus

 

Avant d’être une start-up pétillante et une petite usine de production vidéo, l’agence VideoTelling repose d’abord sur une idée. Une envie. Celle de réunir la communication corporate et les professionnels de l’illustration. Amener l’art au cœur de l’entreprise.

 

Dès son origine, l’objectif était de créer une plateforme d’artistes dans laquelle les entreprises puissent puiser afin de créer une communication de qualité et sur mesure.

 

Nous avons commencé avec la vidéo explicative dessinée. Puis nous avons développé les techniques papier comme l’aquarelle et l’encre de Chine. Nous avons ensuite intégré le motion design.

 

La bande dessinée est une sorte de retour aux fondamentaux.

 

Le dessin avant tout

 

Mais pourquoi choisir le dessin pour sa communication d’entreprise ? Parce que c’est efficace. C’est tout.

 

En moyenne, le consommateur ne retient que 5 % des messages auxquels il a été exposé après une semaine. Or différentes études montrent que le taux de rétention bondit jusqu’à 40 %avec la bande dessinée !

 

Lors d’un salon de l’automobile, l’institut CSA avait même mesuré un taux de mémorisation de 92 % pour des bandes dessinées utilisées par Michelin.

 

On l’observe tout particulièrement avec une mascotte d’entreprise. M. Propre ou le Géant vert traversent les siècles. Ils offrent une meilleure identification de la marque. Ils lui donnent un visage.

 

La mascotte d’entreprise cumule d’autres avantages. Elle suscite notamment la bienveillance. L’illustration, la bande dessinée et le dessin animé bénéficient d’un fort capital de sympathie.

 

En créant un univers original, la BD est non seulement un gage de longévité, mais elle permet aussi de créer une relation durable entre l’entreprise et son audience.

 

Mais n’oublions pas que le pouvoir de fascination de la bande dessinée repose des images qui racontent une histoire. Avec une bonne dose de storytelling, le message que l’on souhaite faire transmettre passe mieux.

 

Le dernier argument massue en faveur du dessin, c’est simplement que c’est amusant. Lorsque l’agence VideoTelling s’est lancée, la vidéo explicative dessinée n’existait tout simplement pas en France. Nous sommes fiers d’avoir popularisé l’illustration et d’avoir incité de nombreuses sociétés, dont plus de 50 % des géants du CAC 40, à utiliser le dessin dans leur communication interne et externe.

 

L’humour a amplement fait ses preuves en publicité. A lui seul, il peut propulser une publication sur les réseaux sociaux dans la stratosphère. C’est la fameuse communication virale.

 

Comment naît une bande dessinée

 

Comme les artisans qui travaillent leurs gestes et leurs techniques, dans le dessin, l’illustrateur passe par plusieurs étapes de fabrication. C’est à travers ce processus de confection que se développe la bande dessinée avant de s’offrir à la lecture de votre audience.

 

1 – le scénario :

Tout commence avec l’écriture de l’histoire. À cette étape, un concepteur-rédacteur recueille les informations clés d’une entreprise afin d’élaborer une communication sur mesure. C’est ce qu’on appelle le brief. Celui-ci permettra d’écrire un scénario.

 

C’est le storytelling, la mise en histoire, qui donne le véritable impact du message. Il sera transcendé ensuite par le dessin.

 

Une fois que l’on a la trame du récit, on passe à la réalisation de la bande dessinée proprement dite.

 

2 – le story-board

 

Le story-board est en fait le brouillon. On visualise les différents plans sans rentrer dans les détails.

Le plan désigne la façon de cadrer une image. Un plan d’ensemble permet de voir le décor, le contexte, l’environnement dans lequel se déroule l’histoire. Un plan moyen permet de voir ce que fait le protagoniste. Le plan rapproché met l’accent sur un fragment de l’image. Et enfin, vous avez les gros plans, très utilisés en BD pour montrer les émotions du personnage.

 

A l’étape du story-board, on détermine la valeur des différents plans et leur agencement sur la page afin de raconter au mieux votre histoire. On conçoit le gaufrier. C’est le terme qui désigne le découpage des différentes cases sur la page.

 

3 – le crayonné

 

C’est à cette étape que l’illustrateur dessine, avec un crayon à papier ou un critérium, chaque case en détail, à partir du brouillon. C’est ici qu’il réalise véritablement les mimiques et les vêtements des personnages, le décor, etc. Il donne l’apparence finale de la vignette de bande dessinée.

 

4 – l’encrage

 

L’encrage, c’est le moment où le dessinateur repasse le trait du crayonné à l’encre. Cette étape se fait à la plume, au pinceau et maintenant au feutre. Il s’agit d’une étape minutieuse qui demande beaucoup de concentration. Impossible de gommer les erreurs.

 

Cependant, de plus en plus de dessinateurs travaillent sur des tablettes graphiques, et effectuent un encrage sur Photoshop. L’avantage est de pouvoir revenir en arrière quand on a fait une erreur (le fameux contrôle Z) et l’on dispose d’une quantité de brush infinie : pour les différentes tailles de traits !

 

5 – la colorisation

 

Pour l’application de la couleur, il existe là encore beaucoup de techniques : l’aquarelle, la gouache et… Photoshop.

 

Aussi bien pour l’encrage que la colorisation, il est parfois nécessaire, quand on travaille sur papier, de passer sa feuille de dessin au sèche-cheveux avant de passer à une autre étape (ou une autre couleur).

 

C’est à ce moment que l’on travaille les ombres.

 

6 – le lettrage

 

Cette étape est souvent moins considérée. Pourtant, il s’agit du dialogue qui figure dans les bulles ainsi que de la narration qui accompagne le dessin. C’est un élément constitutif de la bande dessinée.

 

Le lettrage peut être fait à la main ou par ordinateur. Selon l’histoire racontée et l’effet que l’on souhaite produire sur le lecteur, on choisit la police et la taille de caractères.

 

La réalisation d’une case de BD prend donc des heures. Il n’est pas surprenant que la pratique soit considérée comme le neuvième art et qu’il y ait un festival international de la bande dessinée (comme pour le cinéma).

 

Votre projet et nos idées

 

Que ce soit pour une communication de masse ou au contraire pour cibler une communauté bien précise, la bande dessinée est un média original et puissant. Il permet de transmettre votre message en racontant une histoire.

 

Nous travaillons en étroite collaboration avec vous pour définir les contours de votre projet, puis pour créer une bande dessinée sur mesure.

 

Parlez-nous de vos envies.