La classe inversée est sans doute le bouleversement le plus fascinant dans l’apprentissage aujourd’hui. Elle est reliée directement à un enjeu de civilisation. Cette révolution va bien au-delà de l’aspect purement scolaire. Elle englobe aussi la formation professionnelle.  

la classe inversée : apprendre à la maison et pratiquer à l'école

Flashback. Je suis en lettres supérieures et mon prof de philo est en train de tapoter son front avec l’index. “Ce qui va compter à présent, c’est ça.” Bien sûr, à l’époque, je pensais avoir compris cette affirmation en apparence banale. Evidemment, j’avais tout faux.

 

Etre intelligent vous offre un certain avantage dans la vie. Mais ce n’est pas de ça que mon prof parlait. La question qui détermine si une civilisation va prospérer ou au contraire aller sur son déclin, c’est : est-elle capable de produire de l’intelligence ? Et lorsqu’on examine le système scolaire français, on peut émettre quelques réserves.

 

Et si on changeait tout ?


La classe inversée, histoire d’une idée folle


 

La naissance de cette idée, la classe inversée, part d’un constat simple et finalement assez évident. Dans le schéma traditionnel, l’enseignant, source du savoir, le communique à ses élèves. Ceux-ci doivent l’assimiler. Puis ils doivent démontrer qu’ils peuvent utiliser ces connaissances à travers des exercices effectués à la maison.

 

Alors que les cours s’enchaînent, les élèves prennent des notes, puis prennent des notes, puis prennent encore des notes. En classe, c’est donc l’enseignant qui est le plus actif. Les élèves sont passifs !

 

Si vous vouliez tuer l’envie de savoir d’un apprenant, vous ne vous prendriez pas autrement.

La classe inversée vise à renverser ce processus. C’est un professeur de physique d’Harvard, Eric Mazur, qui lance les premières expérimentations dans les années 1990. Peu après, on voit apparaître d’autres expériences ailleurs aux Etats-Unis, au Canada et en Allemagne.


La classe inversée : définition


La classe inversée est une approche pédagogique
qui intervertit le travail en classe et les devoirs à la maison.

Comment ? La théorie est étudiée à la maison à travers un manuel, des modules vidéo ou encore des lectures recommandées par le professeur ; les devoirs sont faits en classe avec l’enseignant ! C’est le monde à l’envers, à bien des égards.

 

Tout d’abord, la classe inversée change l’accent d’une éducation essentiellement théorique pour valoriser la pratique. Cela veut dire que le professeur n’est plus un savant qui délivre un savoir sur une estrade. Il devient un conseiller qui descend dans la classe pour accompagner chaque élève dans la mise en pratique du savoir.

 

Le professeur peut vérifier la compréhension des élèves et éclaircir un point qui n’aurait pas été bien assimilé. Puis, il peut ensuite attaquer les exercices, élaborer des projets avec les élèves, et s’assurer ainsi qu’ils peuvent appliquer ce qu’ils étudient.

 

On peut aussi dire qu’au lieu d’être centrée sur l’enseignant, la classe inversée est centrée sur l’élève. Elle se soucie de l’expérience étudiant. C’est une vraie révolution car la classe inversée comble le fossé qui avait été créé par l’estrade. Une relation plus étroite se noue entre l’apprenant et celui qui le forme.


Comment mettre en place une classe inversée


 

1/ Lancez-vous :

 

Pour mettre en place la classe inversée, la première chose à faire est de prendre la décision de le faire, puis de le faire. Si l’idée vous séduit, ne réfléchissez pas et foncez.

 

2/ Procédez par étape :

 

Commencez avec un groupe, une classe ou un cours et voyez ce qui se passe. Procédez pas à pas en mettant en place la base (théorie à la maison, exercices en cours), puis faites des ajustements au fur et à mesure.

 

3/ Trouvez des modules pédagogiques de qualité :

 

C’est ici que réside la difficulté principale. Vous avez en réalité plusieurs possibilités.

 

Vous pouvez créer vos propres modules en vous filmant avec une webcam. Il existe aujourd’hui beaucoup d’outils et de ressources comme ceux recommandés par le site www.classeinversee.com. Vous pouvez créer des vidéos animées avec des logiciels comme Powtoon, Moovly ou Go Animate. Si vous vous filmez vous mêmes, pensez à vérifier la qualité de l’enregistrement sonore et à bien gérer la lumière dans vos vidéos. Cela peut demander un petit budget pour s’équiper, mais vous pouvez trouver des solutions en partageant les dépenses avec l’établissement, d’autres professeurs et dans le cas d’une formation professionnelle, avec l’entreprise.

 

Vous trouverez également de nombreux tutoriels très bien conçus sur Youtube. L’article “Prof, j’ai regardé des vidéos éducatives sur Youtube” répertorie les meilleurs youtubeurs sur les vidéos pédagogiques. L’avantage de Youtube, c’est la facilité d’accès de la plateforme. Le désavantage, ce sont les pubs et surtout les autres vidéos proposées par le site qui encourage la dispersion de l’attention.

 

Enfin, vous pouvez également faire faire des vidéos pédagogiques.

 

Les vidéos peuvent ensuite être téléchargé sur une plateforme. Vous pouvez utiliser un Learning Management System ou LMS : un système de gestion de vos cours (par exemple Canvas ou Edmodo). Cette plateforme d’apprentissage met à disposition des contenus textuels ou multimédia. Il comprend également des activités de validations des connaissances.

 

Pour finir, vous donnez l’accès à vos élèves.

 

A savoir : si la vidéo vous intimide, vous pouvez commencer par créer des podcasts.

 

4/ Faites équipes avec les apprenants :

 

Expliquez la démarche à vos élèves, soumettez-leur des idées et écoutez ce qu’ils ont à dire. C’est un travail d’équipe. Vous allez définir ensemble le cadre de l’expérience. C’est crucial qu’ils soient partie prenante.

 

Vous pouvez déterminer une méthodologie. Par exemple, vous pouvez leur donner des principes pédagogiques comme le fait d’arrêter la vidéo lorsqu’ils rencontrent un mot qu’ils ne comprennent pas pour le chercher dans le dictionnaire. Vous pouvez les encourager à prendre des notes. Etc.

 

5/ Formez vous petit à petit :

 

Alors que vous expérimentez, formez-vous aux différentes approches de la classe inversée et allez voir ce que font d’autres professeurs. Il existe des cours en ligne, des témoignages et des articles très bien faits sur le sujet.

 

Avant d’aborder les avantages de la classe inversée, rappelons que la mise en place de cette pédagogie demande de casser les habitudes, de questionner sa propre manière d’enseigner. Cela requiert une certaine discipline et une exigence de l’enseignant ou du formateur vis-à-vis de lui-même.


Rendre l’élève autonome


L’utilisation de la vidéo pour transmettre la théorie a plusieurs avantages sur le cours magistral. D’abord, l’élève choisit le moment où il souhaite regarder la capsule e-learning. Il peut l’interrompre et la reprendre quand il le désire. Il contrôle donc dans une certaine mesure le temps de son apprentissage.

 

Il peut aussi visualiser la vidéo autant de fois qu’il en ressent le besoin. S’il n’a pas compris quelque chose, il peut revenir en arrière, faire une pause pour clarifier un mot qu’il ne connaît pas dans le dictionnaire, arrêter la vidéo pour prendre des notes. Par exemple, vous pouvez repasser en vidéo 3 ou 4 fois le même passage. Mais essayez de faire répéter à un professeur 3 ou 4 fois la même chose !

 

Et si l’élève a des questions auxquelles la vidéo ne répond pas ? Eh bien, il peut les poser en classe. Le temps considérable libéré grâce aux modules vidéos est consacré principalement à 2 choses : 1/ vérifier la compréhension de l’élève, répondre à ses questions, clarifier un point qui n’est pas totalement compris et 2/ mettre en pratique.

 

Maintenant, si vous avez déjà fait du soutien scolaire, ou si vous avez aidé vos enfants à faire leurs devoirs, vous avez sûrement éprouvé des moments de solitude. Peut-être même de désespoir ! Et peut-être auriez-vous aimé que l’enseignant soit là pour vous venir en aide. En classe inversée, les devoirs sont faits en cours ! Le professeur va d’élève en élève pour les épauler et leur permettre de mettre en pratique le savoir théorique.

 

La classe inversée offre donc une approche personnalisée, adaptée à chacun. Elle favorise aussi l’autonomie de l’élève qui apprend à son rythme et peut s’appuyer sur l’enseignant pour faire les exercices.


Une pédagogie dynamique


 

Une fois définie les grandes lignes, il nous faut rappeler qu’il s’agit de grandes lignes. La classe inversée est un concept qui évolue et s’adapte au fil de la pratique de l’enseignant. Pas de dogmatisme donc, mais plutôt une écoute attentive des besoins de l’élève.

 

Le mérite de la classe inversée est surtout d’avoir cassé le moule d’un enseignement souvent trop formaté. Elle a notamment amené le fait de repenser la disposition même de la classe. Non plus des tables alignées les unes derrière les autres, mais une disposition en cercles. Elle amène un souffle nouveau, une remise en question salutaire des modèles établis.

 


La classe inversée pour la formation professionnelle


 

Dans le domaine professionnel, la classe inversée a aussi été expérimentée sous un autre nom, le blended learning. Dans cette approche, on mélange la formation à distance ou e-learning et des sessions de formations en présentiel. Là encore, il n’y a pas un cadre formel déterminé qui définit la proportion de modules pédagogiques et de travail avec le formateur.

 

Au coeur de la classe inversée, version blended learning, il y a l’idée de prendre le meilleur des deux mondes : humaniser la formation à distance, nourrir la formation présentiel de l’apport des nouvelles technologies.

 

La classe inversée a pris acte de l’apport décisif du e-learning et des capsules vidéos et en propose une utilisation ingénieuse. Elle permet aux professeurs et aux élèves d’imaginer des projets, des initiatives créatives pour mettre en pratique un savoir. Elle s’efforce ainsi d’obtenir un plus haut degré d’implication des élèves et les pousse à réveiller leur connaissance. Produire de l’intelligence !  

 

Pour aller plus loin, l’article le plus complet que nous ayons vu sur le sujet, c’est cette fiche pédagogique de la classe inversée.

Sur le même sujet, vous pouvez aussi consulter : j’ai rêvé l’école de demain : panorama des approches pédagogiques alternatives.

  • Téléchargez notre livre blanc

  • Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par VideoTelling afin de pouvoir vous recontacter, répondre à vos questions, vous proposer des offres de services correspondant à vos besoin et vous informer des actualités de VideoTelling le cas échéant.Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées à VideoTelling.Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer de nos fichiers en contactant : contact@videotelling.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.