videotelling-commencer-2017

L’angoisse de la page blanche ne touche pas seulement les écrivains. Je suis persuadé qu’il s’agit d’un syndrome très répandu. Le cadre qui aborde une problématique nouvelle, l’entrepreneur qui veut initier un projet, l’employé qui souhaite entreprendre une nouvelle activité… Et tout un chacun devant la vaste immensité d’une année qui commence !

Donner le premier coup de pédale, entrer dans l’eau, ébaucher le premier contour constitue un saut, parfois plus difficile à accomplir que tout ce qui viendra ensuite.

Cet article s’adresse donc aux amoureux du premier geste, à ceux pour qui « commencer » n’est pas une formalité.


Pour lancer la nouvelle année, ouvrez les vannes


Parce que, tout de même, le temps est le métronome de la vie. Alors le début de l’année résonne en nous comme le début d’un nouveau cycle. De même que le calendrier repart à « 0 » – enfin 01/01 – c’est un peu comme si on effaçait l’ardoise de la vie en enlevant les ratés, et qu’on nous offrait un nouveau départ.

Alors voilà, c’est un point de vue mais je pense que la vie n’est pas une petite porcelaine fragile qu’on attrape du bout des doigts. C’est plutôt, comme dirait Shakespeare, quelque chose plein de bruit et de fureur ! Quelque chose dans lequel il faut mener la charge sabre au clair avec toute la cavalerie ! Quelque chose qui s’empoigne à pleine main avec beaucoup d’audace et un peu d’insouciance.

En bref, pour la nouvelle année, ouvrez les vannes. Lâchez-vous sur la promotion. Faites-vous connaître, secouer vos fichiers clients, étendez plus loin vos lignes de prospections. Vous pouvez transmettre vos vœux, mais ce n’est pas obligé. Soyez original, mais aussi soyez vrai ! Vous pouvez concevoir vos vœux de fin d’année en vidéos.

Imaginez de nouveaux moyens de faire parler de vos produits et de vos services. Imaginez des nouvelles manières d’engager vos prospects. Soyez inventifs, passionnés et entreprenant.


Renforcez les victoires


Bon, il y a ce rituel des bonnes résolutions. Personnellement, je ne vois pas très bien pourquoi on ne peut pas prendre des bonnes résolutions le 25 mars ou le 17 novembre. Donc, laissons cela de côté. Je vous propose un autre exercice. Prenez une grande feuille blanche…non, prenez en plusieurs. Et faites la liste de tout ce que vous faites bien. Ecrivez tout ce qui marche bien et soyez exhaustif. Notez également les accomplissements, les succès remportés. Tout ce que vous réussissez, les réalisations dont vous êtes fiers, les bons moments que vous avez créés.

Ce sont vos victoires et vous devriez prendre souvent le temps de vous les remettre en mémoire. Certaines personnes pensent qu’on s’améliore en apprenant de ses erreurs ou grâce à la critique constructive (alors méfions-nous de ce qu’on appelle « critique constructive », terme dont on peut facilement abuser). Il y a beaucoup beaucoup plus de choses à apprendre de vos succès.

Se remémorer ses victoires renforce vos aptitudes. Regardez l’effet produit chez un ami ou un collègue lorsque vous lui rappeler un exploit qu’il a accompli. Vous le verrez se redresser, sourire et repartir avec un regain de vie. Ce renouveau de vitalité, vous venez juste de le provoquer en ravivant des bons souvenirs.

Renforcez les victoires et ignorer les échecs.


Cultivez la connaissance


Bon, s’il y avait une bonne résolution à prendre pour la nouvelle année, ce serait celle-là : soyez heureux de découvrir que vous ignorez quelque chose. C’est une occasion d’apprendre. Un des pièges de la vie – et c’est vraiment un piège sinistre – c’est l’idée qu’on sait déjà tout au sujet de quelque chose. Ceux qui dominent leur profession, les véritables maîtres, ne cessent jamais de s’instruire.

Il existe aujourd’hui de nombreux moyens de se former avec les nouvelles technologies : formations e-learning, tutoriels, blogs, infographies, podcasts, forums, réseaux sociaux… Restez curieux, rappelez-vous comment, enfant, vous aviez les yeux grands ouverts et un appétit sans borne pour les mystères de l’existence. Décidez que chaque jour offre des défis et des occasions d’apprendre.

La culture de la connaissance est aussi un partage du savoir. En même temps que vous vous efforcez d’être plus compétent, encouragez les autres à le devenir eux aussi. Soutenez ceux qui souhaitent se former. Et tout en vous affermissant dans vos spécialités, développez d’autres centres d’intérêts.

Ces recommandations vont dans le même sens, celui qui vous invite à élargir votre espace, à vous grandir, à prendre de l’expansion. Il existe certains facteurs réducteurs dans la société ; vous recevez parfois une remarque qui vous donne l’idée que vous ne devriez pas exister ; parfois, une mauvaise nouvelle vous tombe dessus. A ce moment-là, ayez le réflexe de communiquer plus et mieux, de vous remettre en mémoire vos victoires et de vous emparer de nouvelles sphères de savoir. Et vous devriez vous sentir mieux.

Prenez le prétexte de la remise à zéro calendaire pour ouvrir une nouvelle ère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.