La transformation digitale du CAC 40
ou comment manœuvrer un éléphant

Être un éléphant, ça a du bon. Dans l’Antiquité, les éléphants de guerre, véritables chars d’assaut vivants, permettaient de remporter des batailles par leur simple présence. Ainsi, Pôros, un râja (monarque de l’Asie du sud-est) indien du royaume de Paurava fit subir d’innombrables pertes à Alexandre le Grand et le dissuada de poursuivre sa conquête de l’Inde à la bataille de l’Hydaspe (ancien nom de Jhelum, l’une des 5 rivières du Penjab).

 

éléphant dessinée rougeEt pourtant, aujourd’hui les mastodontes du CAC 40 peuvent se sentir menacés par la désormais célèbre « ubérisation ». Née en 2010, l’entreprise américaine Uber était valorisée en 2015 à 50 milliards de dollars et concurrençait les taxis dans plus de 300 villes. En 5 ans, Uber a bâti un empire qui met en péril l’existence même des compagnies de taxi.

 


Les entreprises se retrouvent donc contraintes de s’adapter…ou de mourir. Sauf que la manœuvre d’un pachyderme n’est pas aisée. D’après le baromètre 2015 de la transformation digitale du cabinet de conseil Weave, l’Electronic Business Group (EBG) et IBM, bien qu’elles tiennent compte du digital, près de deux tiers des entreprises du CAC 40 peinent à passer de la théorie à la pratique.

Le syndrome du Chief digital officer

Pour répondre à cette problématique, mettre la transformation digitale du CAC 40 en œuvre, un nouveau poste est né : le chief digital officer ou CDO. Traduisez : le directeur du numérique. Sa fonction est d’opérer la digitalisation de l’entreprise. Le problème est que souvent ce statut est flou.

 

D’abord, le CDO est souvent cantonné au marketing. Cela indique une conception réductrice de la transformation digitale. C’est un peu comme les tentatives initiales pour faire voler un être humain. Donnons-lui des ailes ! Ça ne marche pas et, en fait, c’est une forme de suicide. Si vous voulez voler, vous devez construire un avion. Cela veut dire qu’il y a de nombreuses étapes préalables et vous devez impliquer plusieurs corps de métiers.

 

Ensuite, le CDO a un pouvoir limité. Toujours d’après le baromètre du cabinet de Conseil Weave, 82% des chief digital officer du CAC 40 ne siègent pas au Comex, le comité exécutif de l’entreprise. C’est pourtant là que les décisions stratégiques sont prises. C’est d’autant plus problématique que la digitalisation de l’entreprise nécessite une approche transversale. Elle touche tous les départements de la société.

 

Le syndrome du CDO, c’est le fait d’aborder une révolution, qui amène à repenser le concept même de l’entreprise, avec des méthodes datant du siècle dernier. Il y avait un post sur LinkedIn qui titrait : « la phrase la plus dangereuse du monde : on a toujours fait comme ça. » Alors, oui, vous pouvez nommer un CDO, à condition de faire comme Isabelle Kocher, PDG d’Engie (entreprise n°1 dans le CAC 40 sur la maturité numérique d’après Business les Echos – palmarès 2016) qui l’a fait entrer au Comex ; à condition de le mettre en relation étroite avec les systèmes d’information de votre groupe ; à condition enfin de permettre une approche transversale et de faciliter la collaboration entre le CDO, les RH et le top management.

 

Pour rassembler ses conditions, il est vital de bien comprendre d’abord ce que signifie cette transformation numérique. Et cela commence au niveau le plus élémentaire, par la compréhension des mots.

Être pionnier, cela veut dire aussi que vous devez innover en permanence. D’abord, vous devez réunir une multitude d’artistes pour répondre à la demande, animer cette communauté et ainsi proposer des univers graphiques différents. Cette grande diversité visuelle fait que chaque vidéo scribe est unique.

 

Mais l’innovation se trouve aussi dans le mélange des techniques. Il est possible de combiner les techniques d’animation comme le scribing vidéo avec le motion design. Cela confère aux films produits un dynamisme, une énergie remarquable qui permet de créer un véritable impact sur le spectateur.

 

Ce nouveau style visuel a aujourd’hui séduit des très grands groupes, et même les mastodontes du CAC 40. Il présente effectivement des atouts importants pour renouveler la communication d’entreprise.

Comprendre la transformation digitale

La transformation, c’est un changement ; c’est le fait de passer d’une forme à une autre. En l’occurrence, la digitalisation de l’économie est une sorte d’évolution « naturelle ». C’est un peu comme si le darwinisme surgissait dans l’économie. Internet et les nouvelles technologies ont ouvert de nouvelles possibilités révolutionnant les pratiques des consommateurs, des employés, du la communication du marketing, de la collecte et la gestion des informations, etc., etc.

 

Digital est ici un anglicisme pour « numérique ». Lui-même est l’adjectif de « numérisation », une innovation technique visant à coder l’information par une suite de nombres. Ce codage a donné naissance à l’ordinateur et la programmation informatique.

 

La transformation digitale, c’est comment une économie basée à l’origine sur des structures physiques (points de vente, bureaux, dossiers, transactions en espèces…) se dématérialise et devient de plus en plus des échanges d’informations numérisées).

 

C’est un peu un rêve de Geek. Sauf que c’est tout ce qu’il y a de plus réel. Pour acheter un livre, vous ne vous rendez plus physiquement dans une librairie. En pyjama, vous vous connectez sur Amazon et en quelques clics, entre deux gorgées de café, vous le commandez en ligne. La transformation digitale, c’est les films de Science-fiction qui deviennent réalité. La voiture sans pilote ! Les robots qui vendent des assurances ! La maison qui obéit à des commandes vocales !!!

 

Opérer la digitalisation du CAC 40 demande donc de maîtriser quelques bases. Nous allons pour commencer définir 2 termes, le cloud et le big data. Nous vous invitons à poursuivre par vous-mêmes en recourant aux dictionnaires et encyclopédies en ligne pour parler digital. Vous pouvez aussi faire comme Orange et sa Digital academy (programme de formation destiné à tous les employés du géant des télécoms).

 

Définition : le Cloud, ou cloud computing, c’est la technologie permettant de stocker des informations ou des logiciels sur des serveurs situés à distance de l’entreprise et non plus dans l’ordinateur de l’utilisateur. On peut traduire par « nuage » ou « nuage informatique ».

 

Définition : le Big data, est un anglicisme qui désigne l’accroissement considérable (big – gros) du volume des données (data) générées notamment par le commerce électronique et le marketing digital. Avec internet, les informations recueillies sur un individu se sont accrues, créant une quantité phénoménale d’informations à traiter pour les entreprises. La gestion de ces données offre des possibilités de personnalisation permettant par exemple d’améliorer l’expérience client, pierre angulaire de la transformation digitale.

Mais l’animation en scribing offre aussi toute la latitude de représentation du dessin, limitée seulement par l’imagination et le talent de l’illustrateur. Un peu comme le tableau noir de la salle de classe – mais en plus vivant – ce type de vidéo offre la possibilité de présenter des schémas, la mise en images de concepts, de jouer avec les symboles, etc.

 

Enfin, beaucoup moins coûteux qu’un film corporate classique, il convient notamment à la communication interne qui ne dispose pas des mêmes budgets que la marque entreprise. Il convient également à un site web afin de rendre la page plus attractive et d’augmenter son taux de conversion. Facile à réaliser, rapide à produire, visuellement séduisant, il a naturellement conquis les entreprises, des start-ups aux grands groupes.

La culture du digital et l’expérience-employé

Il faut donc instaurer une culture du numérique au sein de l’entreprise. Nous l’avons évoqué en introduction, manœuvrer un éléphant ne se fait pas en tirant sur sa trompe. La Société générale compte près de 140 000 employés, Engie en compte plus de 150 000, Orange 155 000. Si chaque employé ne comprend pas ce qui est en train de se passer, cette évolution est vouée à l’échec. Et en même temps, ce n’est pas une mince affaire de former une centaine de millier de personnes rapidement et efficacement.

 

Et là encore, il y a un risque de penser la transformation digitale dans le cadre des entreprises du XXe siècle. Pourquoi ne pas lancer des sessions de formation pendant plusieurs semaines !? Avec l’apparition de l’e-économie, est aussi apparu le concept de l’expérience-employée, calquée sur l’expérience client.

 

Définition : l’expérience client désigne la perception, le ressenti des clients concernant un produit ou un service, en fonction de qualités comme l’ergonomie, l’accessibilité et le confort. Elle est parfois symbolisée par les lettres UX.

 

Définition : l’expérience employée désigne la perception, le ressenti du membre du personnel dans le cadre de sa relation avec son employeur. Cela concerne donc le contrat de travail (les missions, la rémunération, les horaires et les modalités de travail), mais aussi tout ce qui est autour de l’activité de production. Elle est symbolisée par les lettres EX.

 

Bertrand Duperrin, responsable du pôle Transformation Digitale chez Emakina France, soutient qu’il n’y a pas d’expérience client sans expérience employé. Mais concrètement, comment on s’y prend ? Sans aller jusqu’à offrir salles de sport, coiffeurs, ou dentistes, etc. à vos employés – comme dans le campus Facebook dans la Silicone Valley-, il s’agit de mettre en place de nouvelles approches.

 

Par exemple, encourager les projets d’entreprise à l’intérieur de votre organisation. C’est ce qu’on appelle l’intrapreunariat (oui, il y a des néologismes plus ou moins heureux !). Cela veut dire soutenir l’esprit d’initiative et donner de l’autonomie aux employés. Si de plus en plus de grands groupes s’intéressent à la façon dont fonctionnent les start-ups, c’est qu’ils peuvent observer là des pratiques simples qui favorisent en même temps le bien-être de l’employé.

 

Vous pouvez également opter pour le management de proximité et abolir une hiérarchie verticale lourde avec des chefs de chefs. Le cadre n’a plus alors comme fonction de surveiller ses équipes, mais plutôt de les aider à produire. Il a ainsi la charge de les motiver et de définir le parcours le plus adapté à chacun. Permettre aux employés de faire des erreurs, cela encourage aussi l’initiative et l’innovation dans l’entreprise. Nous pourrions encore parler du télétravail, le team building, etc.

 

La transformation digitale des entreprises du CAC 40 est une aventure. L’entreprise de demain est déjà là. Cette révolution ne doit pas être subie, mais au contraire intériorisée. Les nouveaux usages doivent être pleinement intégrés. On parle beaucoup d’agilité.

 

Le défi des grandes organisations comme celle du CAC 40, c’est comment rendre un éléphant plus souple. On peut l’envisager comme une tâche éprouvante ; mais également comme quelque chose d’amusant.

Obtenez une étude gratuite 
Remplissez le formulaire ci-dessous :