Le terme est sur toutes les lèvres et chaque jour on peut lire des dizaines d’articles sur le sujet mais on l’explique peu et mal. Ici, nous allons tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues sur la transformation digitale de l’entreprise. A commencer par l’idée que c’est une histoire de spécialistes.

La transformation digitale de l'entreprise

Nous sommes en train de basculer d’un monde à un autre et le point de pivot est la transformation digitale de l’entreprise. Le commerce, les médias, l’éducation, la santé, etc., sont en train de connaître une véritable mutation. Dans quelques années, ils ne ressembleront plus à ce que nous avons connus. C’est la disruption qui résulte de l’émergence d’internet et des nouvelles technologies.

Et toute la question est de savoir comment accomplir ce saut dans le futur. Car les entreprises qui ne vont pas opérer leur mue risquent fort de disparaître.

Videotelling vous accompagne dans votre transformation digitale ! 
Comment ? En réalisant une ou plusieurs vidéo(s) explicative(s) permettant de faire comprendre avec fun et créativité cette évolution au sein de l’entreprise.

Obtenez une étude gratuite 
Remplissez le formulaire ci-dessous :


La transformation digitale : définition


L’expression désigne cette transition qui s’opère lorsqu’une économie traditionnelle (avec des enseignes, des bureaux administratifs, des archives papiers, bref des structures physiques) se dématérialise avec les nouvelles technologies (internet, stockage des informations sur des serveurs, boutique virtuelle, etc.). Elle repose sur plusieurs piliers dont l’expérience utilisateur et la gestion des données (la fameuse data !).

Voici les termes synonymes utilisés dans les recherches Google pour “transformation digitale” :

  • transformation numérique
  • transition numérique
  • digitalisation
  • économie numérique
  • ubérisation

Un mot sur ce dernier synonyme. Née en 2010, l’entreprise américaine Uber était valorisée en 2015 à 50 milliards de dollars et concurrençait les taxis dans plus de 300 villes. En 5 ans, Uber a bâti un empire qui met en péril l’existence même des compagnies de taxis (en exploitant des milliers de “conducteurs” amenés à être remplacés le plus vite possible par des voitures robots, donc sans chauffeur…). Uber est devenue le symbole de la menace que fait peser l’e-économie sur l’économie traditionnelle.

La transformation digitale, c’est la façon dont les geeks ont pris le pouvoir. C’est un film de science-fiction qui devient réalité.

La voiture sans pilote ! Les robots qui vendent des assurances !! La maison qui obéit à des commandes vocales !!! Bref, elle englobe tous les secteurs de l’économie et redéfinit nos façons de consommer, d’apprendre, de communiquer… Il serait plus juste de dire qu’elle opère à terme un changement de civilisation. La transformation digitale consacre la naissance d’un village interplanétaire.


La transformation digitale : enjeux


L’entreprise traditionnelle est aujourd’hui confrontée à un défi. Alors qu’avant un empire se bâtissait sur plusieurs générations (parmi les 40 plus grandes entreprises françaises, aucune n’est apparue au 20ème siècle), Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber) ont construit une position hégémonique sur le digital en quelques années. Ce sont des sociétés qui ont créés les nouvelles technologies et qui dominent leur secteur. Et ce sont elles qui viennent challenger la « vieille » entreprise, y compris dans le secteur de l’automobile, symbole des entreprises industrielles du XXe siècle.

La transformation digitale a donné lieu à de nouvelles habitudes de consommation : « plus de 92 % des consommateurs se renseignent sur Internet avant d’aller en magasin », selon le baromètre de l’Expérience marchande connectée Digitas & Vivaki. Mais ça va bien au-delà de ça. Les gens apprennent tout et n’importe quoi sur YouTUBE, cherchent du travail sur LinkedIn, parlent à une chatbot pour faire leurs courses sur amazon. Ils se voient moins mais échangent beaucoup plus via tout un tas d’applis dans leur smartphone.

Il s’agit d’un nouveau futur. Et ce n’est pas facile à digérer d’un coup ! A fortiori quand on est une ETI ou un grand groupe : on ne change pas les habitudes et les process d’un effectif de 20 000 ou 30 000 individus.

Pour autant, nous aimerions en finir avec quelques idées reçues qui rendent la transformation digitale plus compliquée qu’elle ne l’est en réalité.

 

1ère idée reçue :
la transformation digitale requiert un chief digital officer (CDO)

C’est faux ! La digitalisation de l’entreprise n’est pas l’affaire d’un seul homme. On peut se munir d’un Chief digital officer, d’un directeur digital et expérience client, d’un data scientiste ou d’un architecte big data, ça ne garantit pas la réussite du projet de transformation.

Il nécessite la participation de toute l’entreprise. Orange a fait bénéficier ses 280 cadres dirigeants d’une “learning expedition” à San Francisco. Pendant ce temps là, une autre équipe, une centaine de collaborateur du département RH sont partis à la rencontre de start-ups, universités, incubateurs et espaces de coworking dans plusieurs pays européens.

Nous ne sommes pas obligés d’envoyer tout le monde à l’étranger, mais nous devons impliquer TOUS les collaborateurs dans l’aventure. Il y a aussi des pépinières et des accélérateurs de start-ups en France !

 

2ème idée reçue :
les meilleures opportunités de la transformation digitale sont déjà été prises

Lors d’une de ses interventions, Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, démantèle une à une les idées reçues à propos d’internet. Il explique notamment qu’il croyait à internet à un moment où personne n’y croyait (c’était en 1994) mais qu’il n’avait jamais imaginé que ce serait “aussi grand”.

Il souligne aussi que ceux qui pensent que toutes les opportunités sont déjà prises font erreur. Les grandes révolutions industrielles mettent 50 ans à se mettre en place. La machine à vapeur ou l’électricité ont demandé ce laps de temps pour leur plein accomplissement.

La transformation digitale s’est amorcée il y a 20 ou 25 ans. Nous ne sommes qu’au milieu du processus. Il existe encore beaucoup de choses à imaginer.

Jack Ma insiste sur un autre élément clé : peu importe ce que pensent les gens, investisseurs ou les membres de votre famille. Le point déterminant, c’est d’avoir une équipe autour de soi qui croit au projet.

On en revient à nouveau à l’importance d’instaurer une culture de la transition numérique dans son entreprise.

 

3ème idée reçue :
la digitalisation est une transformation ponctuelle

On se munit d’un site internet ou d’un site e-commerce, on crée un compte sur les réseaux sociaux, et voila ! Non, la transformation numérique ne se résume pas à cela.

C’est un processus évolutif et il englobe tous les départements de l’entreprise. Pas seulement le marketing ou l’équipe commerciale. Il requiert l’implication des RH, la direction des systèmes d’information, et même l’administration et les finances.

Il nécessite une planification, des tests, des essais, des analyses, puis des ajustements stratégiques. Certains projets vont marcher, d’autres vont exiger d’être revus.

La transformation digitale n’est pas une autoroute, une voie large et balisée. Elle résulte d’un ensemble de bonnes pratiques.

Pour envisager plus précisément les différentes étapes de ce processus, consultez : réussir sa transformation digitale sans dépenser des millions.

 

4ème idée reçue :
la transformation digitale requiert une maîtrise approfondie des nouvelles technologies

La transition numérique n’est pas technologique, elle est humaine avant tout. Un des piliers de la transformation digitale, c’est l’expérience client ou l’expérience utilisateur. On l’appelle aussi l’UX, abréviation de User eXperience.

Définition de l’expérience utilisateur :

Elle désigne la perception, le ressenti des utilisateurs concernant un produit ou un service, en fonction de qualités comme l’ergonomie, l’accessibilité et le confort. C’est avec ce seul élément que Google, Amazon, Facebook, Uber et Sarrenza ont bâti des empires.

Exemple : avec la mondialisation, tout le monde sait que tout se fabrique en Chine et tout le monde sait que cela consomme beaucoup de CO2… Donc tout le monde sait que c’est stupide ! Mais c’est comme ça !

Jusqu’au jour où un inventeur développe l’impression 3D, suivi de dizaines d’autres qui déploient des réseaux de Fablabs (la contraction de Fabrication Laboratory, ou laboratoire de fabrication en français). Ils vont se transformer dans les années à venir en petites usines locales, à coté de chez soi, où l’on pourra, demain, acheter et faire fabriquer des objets personnalisés et pas chers et qui ne feront pas le tour de la planète.

L’objectif est d’intégrer les nouveaux comportements des consommateurs, voire anticiper leurs attentes pour imaginer l’évolution de l’entreprise.


La transformation digitale de l’entreprise : mise en œuvre


Il y a 2 éléments clés pour amorcer la digitalisation de son entreprise :

1/ faire de la pédagogie

2/ transmettre cette pédagogie.

C’est élémentaire mais une évolution se passe mieux quand elle est comprise. Si vous comptez parmi vos employés de nombreux représentants de la génération Y, qui a grandi avec internet, il y en a d’autres qui n’en font pas partie.

Videotelling a accompagné la transformation digitale d’ETI et de grands groupes avec des vidéos explicatives dessinées qui posent le concept, définissent un ou plusieurs changements et décrivent la mise en œuvre de la digitalisation. En fait, vous pouvez faire une vidéo pour chaque étape de la transformation : la mise en place d’un site e-commerce, un nouveau réseau social d’entreprise, un nouveau logiciel, etc.

L’avantage du dessin, c’est qu’on peut d’illustrer n’importe quelle idée ou concept. A l’étape de la scénarisation de la vidéo, on s’appuie sur des mises en situation pour montrer concrètement les changements.

La vidéo explicative dessinée fait de la pédagogie. Elle peut être diffusée :

  • lors de réunion de personnels
  • via l’intranet
  • lors de séminaires d’entreprises dédiés

Pour aller plus loin, nous créons également des modules e-learning sur mesure pour transmettre en détail les nouvelles pratiques et permettre à vos équipes de s’y exercer.

La compétence repose sur la formation. Nous concevons des cours e-learnings complets comportant des courtes vidéos explicatives en y insérant de l’esthétisme et du storytelling. Les capsules pédagogiques sont plus vivantes. On peut aussi ajouter de nombreuses options interactives.

La vidéo explicative animée vous accompagne dans la mise en place d’une culture du digitale au sein de l’entreprise.

Obtenez une étude gratuite 
Remplissez le formulaire ci-dessous :